•  

     

     


     


    23 commentaires
  • Coléoptères non identifiés...

    La cétoine hérissée ou cétoine velue (Tropinota hirta) est un insecte appartenant à l'ordre des coléoptères, au sous ordre des polyphages (Polyphaga), à l'infra ordre des Scarabeiformia, à la super famille des Scarabaeoidea, à la famille des Cetoniidae, à la sous famille des Cetoniinae et au genre Tropinota. 

    Il existe de nombreux synonymes latins de la cétoine hérissée : Cetonia hirtella, Epicometis Cetonia hirtella, Epicometis hirta hirta, Epicometis hirta suturalis, Phylloperta hirtella, Tropinota hirtella, Tropinota nigrina, Tropinota senicula, Tropinota squalida pilosa, Tropinota squalida squalida, Tropinota subfasciata, Tropinota tonsa. 

    Cette cétoine velue de 8 à 13 millimètres apparait d'avril à septembre. On peut l'observer dans les vergers (sur les fleurs de pommier, poiriers…) et sur diverses fleurs du jardin (tulipes, narcisses, lupins…) ou sur les fleurs sauvages (marguerites, chardons, scabieuses…) en train de se nourrir de fleurs (c'est une espèce floricole). Les larves de la cétoine hérissée sont saproxylophages, c'est à dire qu'elles ne consomment que le bois mort.

    On retrouve Tropinota hirta dans divers pays d'Europe. 

    Attention : il existe une Tropinota très ressemblante à Tropinota hirta, il s'agit de Tropinota squalida. Chez cette dernière, la partie inférieure de l'écusson est lisse et les poils sont moins jaunes. D'autre part, Tropinota hirta est plus poilue que Tropinota squalida.  

    Coléoptères non identifiés...

     

    Un sourire est une clé secrète
    qui ouvre bien des coeurs.

    Robert Baden-Powell

     


    11 commentaires
  •  

    La légende

     

    Au temps jadis, au Moyen Age, sans doute, un homme fût accusé d’un crime qu’il n’avait pas commis. Ses juges ne l’en condamnèrent pas moins à être décapité.

    Au moment où le malheureux allait poser la tête sur le billot, il aperçu une coccinelle et, craignant de l’écraser, il la saisit délicatement pour l’éloigner de l’instrument de supplice. Les juges qui étaient présents virent ce geste. Ils se regardèrent avec étonnement et, d’un commun accord, décidèrent qu’un homme qui faisait preuve d’un cœur aussi sensible ne pouvait être un criminel.

    L’innocent fût gracié séance tenante, et les spectateurs convaincus que le Très-Haut avait envoyé la bestiole pour sauver le condamné, donnèrent spontanément à l’insecte sauveur le nom de Bête à Bon Dieu.

     


    39 commentaires
  •  

     

     

    Qui veut gravir la montagne commence par le bas.

    Proberbe Chinois

     


    34 commentaires
  •  

    Des coléoptères véloces : la Cicindèle champêtre 

    Elles sont terribles celles-là. Elles galopent, elles courent à la vitesse de la marée montante au mont Saint Michel et elles volent tellement vite que souvent on ne voit qu'un éclat métallique brillant passer comme un avion de chasse. Ce n'est pas pour rien que les cicindèles comptent parmi les coléoptères les plus rapides en vol. Elles figurent aussi entre les premiers à apparaître à l'arrivée du printemps. Et il vaut mieux pour elles qu'elles soient véloces, car elles aiment les clairières dans les forêts de pins, les terrains sablonneux, les chemins ensoleillés et découverts, qui sont des terrains où d'autres prédateurs chassent les insectes.

    Les Cicindèles ont des gros yeux comme beaucoup de chasseurs (Je parle bien évidemment des insectes chasseurs) Elles dévorent allègrement d'autres insectes, ainsi que de Vers de terre et des Limaces gluantes !

    C'’est un insecte que l'on trouve souvent dans les garrigues ! 
    Voraces dévoreurs de moucherons
    C’est une femelle reconnaissable aux deux petits points noirs présents sur ses élytres !

    Ce coléoptère porte un somptueux costume qui brille magnifiquement au soleil ! Ses gros yeux impressionnent peut- être ses proies ! Mais ce sont surtout ses pattes qui m’ont fait marcher et marcher ! Car en plus de bien courir, les cicindèles volent, et très bien et très loin ! C’est d’ailleurs un des insectes qui a le vol le plus long.

    Ses mandibules sont énormes et redoutables ! 

    Une des caractéristiques de ces insectes sont les soies réparties sur le corps, ce sont des soies sensorielles, bien blanches, bien visibles.

    Ces insectes de petite taille (environ 12mm) sont assez répandus, cette cicindèle serait même en expansion ! 

    Le mâle se reconnaît aux tarses élargis de ses pattes antérieures, la femelle porte en général deux points sombres à la jointure des élytres.

    Ses mœurs sont singulières ! Après l’accouplement la femelle pond des œufs qui deviendront une drôle de larve qui va vivre dans le sol où elle piègera des insectes à l’aide d’un entonnoir ! Elle deviendra nymphe à la fin de l’été puis adulte à l’automne ou au printemps suivant.

    Il existe une autre variété de cicindèle un peu moins courante, la cicindèle hybride arborant un camouflage style « Armée de terre » 

     

     


    2 commentaires
  •  

    "Il n'y a pas de hasards,
    il n'y a que des rendez-vous."

    Paul Eluard

     


    16 commentaires
  • Les Coccinelles sont bel et bien de retour...

     

     


    25 commentaires
  • "La gaité est la moitié de la santé."

    Proverbe Tchèque

     

     

     

    C'est la plus commune de nos 80 coccinelles. Très utiles, larves et adultes dévorent littéralement les pucerons, bêtes noires des jardiniers. Souvent considérée comme très sympathiques par les humains, il semblerait d'après le SPCA (Syndicat des Pucerons et Cochenilles Associés) que ces insectes soient en réalité des monstres sans pitié pour leur repas.

    Les imagos passent souvent l'hiver, mais ceux qui trouvent asile dans nos maisons meurent souvent du fait de l'atmosphère trop sèche qui y règne. Les autres passent l'hiver en groupe, cachées sous les écorces.

    Les adultes possèdent des glandes répulsives, qui sécrètent une substance malodorante faisant fuir les prédateurs. De plus ils font souvent le mort en leur présence.

    Les nymphes se fixent sous les plantes par une sécrétion collante. Les larves sont grises avec des taches orangées et quelques "touffes" de  poils.
     
    Ordre :  Coléoptères
    Famille : Coccinellidae
    Nom Latin : Coccinella septempunctata

    Caractéristiques :  petite (5-8mm), corps bombé, circulaire, tête cachée sous le thorax, élytres rouge vif avec 7 taches noires
    Milieu : abondante partout

     


    25 commentaires
  • Coccinelle de décembre...

     

    Coccinelle de décembre...

     

    Coccinelle de décembre...

     

    Coccinelle de décembre...

    Photos 12 novembre 2011

     

     

    Coccinelle à 7 points


    Appelée aussi "Bête à Bon-Dieu" ou "Catherine".
    Adulte elle mesure de 0,5 à 0,8 cm de long et environ 1 cm d'envergure.
    Elle se reconnaît à sa forme arrondie, sa couleur rouge avec des points noirs et sa tête noires avec 2 gros points blancs.
     Elle a toujours 7 points noirs sur les élytres et de petites antennes.

    Habitat :


    A la belle saison, on la trouve sur les plantes où sont installés des pucerons qu'elle dévore goulûment (adulte comme larve).
     L'hiver, l'adulte se cache dans les murs, sous l'écorce, dans les maisons.

    Alimentation :


    La coccinelle mange surtout des pucerons qu'elle dévore depuis le moment où elle sort de son oeuf jusqu'à la fin de sa vie.
     Malgré tout, ce petit insecte aime aussi quelquefois changer de menu et manger d'autres insectes et même parfois du pollen ou du nectar.

    Reproduction :


    Les oeufs :
    Ils sont déposés sous les feuilles.

    Les larves :
    Elles sont aplaties noir et orange pâle.
    Un peu plus long que l'adulte et surtout plus fin.

    La métamorphose a lieu, en général, sur la plante où la larve a grandi.
    Elle dépend de la température et de la nourriture : quand il fait chaud et qu'il y a beaucoup de proies, la coccinelle se métamorphose plus vite et l'adulte est plus gros.

    Petites histoires :


    La coccinelle à 7 points possède des glandes lui permettant de cracher un liquide orangé.
     
    Quel est l'âge de cette coccinelle ?
    Malheureusement pour elle, moins de 7 ans. En effet, il ne sert à rien de compter les points sur son dos car cet insecte vit généralement moins d'un an (les très vieilles coccinelles peuvent très exceptionnellement atteindre 2 ans ).



    Source : http://www.mdecg54.fr/index.php?id=300

     


    5 commentaires
  • Balade d'une coccinelle...

     

    Balade d'une coccinelle...

     

    Balade d'une coccinelle...

     

    Balade d'une coccinelle...

     

    Balade d'une coccinelle...

     

     

     

     

     


    16 commentaires
  • Coccinelle jolie...

     


    22 commentaires
  •  

    Bien en fleur avec une petite visiteuse...

    Flore, mais faune aussi...

    ... qui ne veut certes pas montrer sa tête !

    Flore, mais faune aussi...

    Fannée...

    Flore, mais faune aussi...

    ... et prète à offrir ses graines.

    Flore, mais faune aussi...

     


    4 commentaires
  •  

    Mais il y a des poils par ici !!!!!!!!!


    12 commentaires
  •  

    Chevaux... passion

     

     

    20 commentaires

  • J'ai trouvé hier ce Capricorne dans mon évier à moitié noyé, et je l'ai déposé au soleil afin qu'il puisse sécher et poursuivre son existence.
    Le sauvetage à réussi, et il est parti continuer son petit bonhomme de chemin.
    Il s'en passe des choses sur cette planche de bois

    Chevaux... passion

     

    Chevaux... passion

     


    32 commentaires
  • Chevaux... passion

    Je connaissais bien une chanson pour illustrer ma tite photo. Chanson que j'ai apprise quand j'étais gamine, mais je viens de me la remémorer, et à bien y réfléchir... ça va pas le faire





    12 commentaires
  • Délires Sympas


    10 commentaires
  • Tranches de vie d'un Australian Shepherd


    6 commentaires
  • Tranches de vie d'un Australian Shepherd


    12 commentaires
  • Tranches de vie d'un Australian Shepherd


    6 commentaires
  • Mes compagnons au fil du temps


    4 commentaires